Zoom sur…Céline

Classé dans : Zoom sur... | 0

zoom Céline

« …prendre le temps de faire émerger le mouvement juste pour  danser sa propre danse… »

Depuis toujours, je danse. Enfant déjà, en soirée avec mes parents, je passais des heures sur la piste de danse ; devant le film « flash dance», je rêvais … je créais des chorégraphies, je les présentais à ma famille et je les apprenais  à mes copines lors des fêtes d’anniversaire.

Mon premier cours de danse, je  ne l’ai suivi qu’en 2003, à 26 ans, avec Sigalite Portal, somptueuse danseuse orientale, porteuse d’une passion dévorante communicative. Ce fut pour moi un apprentissage difficile mais la musique me touchait tant que ma volonté de progresser se révéla sans limite. Ma grand–mère paternelle adorait la musique orientale et ma grand-mère maternelle, la musique gitane. Je me demande si mes mémés m’ont transmis en héritage cette sensibilité pour les musiques orientales  notamment la musique arabo-andalouse ?…

Ainsi depuis 2003, je n’ai cessé de me former à la Danse : au  modern’jazz et au ragga entre autres avec Isabelle Rodriguez, danseuse polyvalente d’une humilité et générosité rares. Je me suis  aussi initiée à la danse indienne, la salsa, la bacchata et à la danse primitive dans le cadre de mon métier d’infirmière en psychiatrie. Au fil du temps, la danse s’est révélée être pour moi  un outil thérapeutique précieux pour les patients.

En 2011, forte de mon expérience personnelle et professionnelle, je postule à l’Espace Arthur en proposant comme médiateur de soins la danse orientale, ode à la féminité, afin d’aider les ados à restaurer  leur image corporelle.

A  l’Espace Arthur, j’ai rencontré Sylviane formée à la méthode Lalie Bena, elle animait un atelier danse africaine. C’est Sylviane qui m’encourage alors à contacter Lalie. Rencontrer Lalie fut pour moi fondamental !

Les formations collectives et individuelles ont révélé la danseuse que je suis en tant que personne unique. Cette méthode basée sur les différentes techniques fondatrices de la danse et le ressenti  m’a libérée. Grâce à Lalie, je me suis sentie légitime. Son expertise et sa bienveillance m’ont portées …et me portent encore. Aujourd’hui, je ne dis plus «je fais de la danse» mais «je suis danseuse» !

Être à l’écoute de soi, ne pas forcer le corps, le respecter, en prendre soin, prendre le temps de faire émerger le mouvement juste pour  danser sa propre danse …voilà ce que je dirais de la méthode Lalie Bena, méthode qui fait partie intégrante de ma pratique de la danse, que ce soit à l’Espace Arthur, à l’association sportive de l’AP-HM ou dans la compagnie de Sigalite Portal «parfum d’orient».

Laissez un commentaire